23/12/2014
DEPECHES
Accueil >> Politique >> Législatives/Municipales 2012 >> CDP / UPC : une démonstration de force et de rivalité en gadgets de campagne électorale.
CDP / UPC : une démonstration de force et  de rivalité en gadgets de campagne électorale.

CDP / UPC : une démonstration de force et de rivalité en gadgets de campagne électorale.

 

Les partis en lice pour les législatives et municipales du 02 décembre 2012 mènent leurs campagnes électorales chacun à sa manière et selon ses moyens en matière de gadgets (T-shirts, casquettes, affiches etc.).Cependant, deux partis en l’occurrence, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP, majorité) et l’Union Pour le Changement (UPC, opposition) , s’illustrent le plus dans une rivalité et démonstration de force pour les gadgets  spécialement à Ouagadougou et un peu partout dans plusieurs provinces du Burkina. Dès le 17 novembre, premier jour de la campagne électorale, les immeubles , feux tricolores et arbres dans la ville de Ouagadougou étaient investis par des affiches UPC  de toutes dimensions, à tel point que l’on se demandait si c’était le seul parti en campagne.Le CDP qui avait l’habitude de déployer de gros moyens de campagne a commencé à amorcer par la suite sa vitesse de croisière pour placarder des affiches sur panneaux publicitaires géants comme pour contrer l’UPC.Du côté du parti de Zéphirin Diabré, UPC, l’on crie à la provocation  en disant que des adversaires politiques arrachent leurs affiches sans citer nommément un parti bouc émissaire. Toujours est-il que le parti d’Assimi Kouanda, CDP qui avait entamé lentement la campagne comme un moteur diesel, est en train de passer à la vitesse supérieure en déployant l’artillerie lourde. Mais les autres partis en lice redoublent de pugnacité en propos comme en gadgets. Ainsi, l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération, Rassemblement Démocratique Africain (ADF/RDA (majorité) est également entrée dans la concurrence par les affiches sur panneaux publicitaires géants. Ram Ouédraogo, président du Rassemblement Des Ecologistes du Burkina Faso (R.D.E.B.F, opposition)déclare avoir prôné la suppression des gadgets de campagne mais que le parti au pouvoir a refusé.Il ressort cependant d’un sondage du Centre pour la Gouvernance Démocratique ( C.G.D) que d’une manière générale ,la classe politique burkinabè , toutes tendances confondues( opposition, majorité …) est hostile à la suppression des gadgets de campagne qu’elle considère comme des éléments encrés dans la culture des électeurs. Une thèse qui est loin de convaincre le CGD qui voit en ces gadgets, une porte ouverte vers la corruption électorale et l’inégalité des chances des partis en compétition.

  

Néanmoins, pour le moment et jusqu’à preuve du contraire, les candidats et partis en lice ont adopté des comportements assez responsables dans leurs messages et actions de campagne dans un climat d’émulation fait de courtoisie malgré les différences idéologiques et de programmes. Cela peut constituer un pas qualitatif vers le fair-play électoral au Burkina Faso avec l’instauration de la biométrie pour la fiabilité du fichier des électeurs.

Vendredi 23 novembre 2012    Agence de Presse Labor   www.laborpresse.net

———————————————————————————————————————-

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>