free betting tips
25/05/2019
DEPECHES
Accueil >> Divers >> Humour et blagues >> Des réalités humoristiques du Burkina
Des réalités humoristiques du Burkina
Humour ivoirien. No comment,mesdames!

Des réalités humoristiques du Burkina

Nombre de vues: 6 627

1)    Un jeune homme revient de son village natal en compagnie de sa maman pour Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Lors d’une escale à l’entrée de la ville, la maman très pétrie des valeurs traditionnelles comme le respect de la pudeur, aperçoit une demoiselle qui déambule, vêtue d’un pantalon qui laisse visible une partie de son postérieur. Scandalisée par cette scène obscène, la vieille demande à son fils : « c’est quoi cette manière de s’habiller ? Son fils ne répond pas et la mère insiste. Le fils finit par déclarer : « laisse ça maman, c’est le look ! (il s’exprimait en langue nationale mooré :y’a looka(c’est le look).La maman qui n’imaginait pas qu’une personne jouissant de toutes ses facultés pouvait s’habiller de la sorte, avait cru à une maladie qui s’appelait « looka ».Alors, elle déclara qu’elle préfère avoir le SIDA et en mourir plutôt que d’avoir ce looka. Alors, médecins du Burkina et du monde, trouver un vaccin contre le looka afin que les filles n’exposent plus une partie de leurs fesses dehors, par des pantalons et jupes serrés sous prétexte d’être sexy et à la mode.

 

2)    Les cris de joie existent, ceux de la détresse aussi. Il faut savoir les utiliser quand et où il faut, sinon, gare à la confusion des genres. Une maman a fait apprendre la leçon à sa fille dans une salle d’accouchement au Burkina. La fille, en travail s’agitait de douleurs convulsives et spasmodiques. Pendant que la fille criait ouii,ouii ,ouiii,la maman l’approcha et lui dit « on ne dit pas ouii, mais ouai !.Selon la tradition orale, la tonalité d’un cri ouii présage d’un malheur, un deuil ou une déception. Quant au cri ouai, c’est l’antichambre de la douleur.

3)    De quelle religion êtes-vous ? Une question que certains adeptes d’une religion posent souvent à des gens au Burkina et ailleurs et qui suscitent parfois des agacements. En effet, un homme dans ses activités d’annonce de la parole de Dieu, faisait du porte-à-porte à Ouagadougou. Arrivé dans un cabaret, il s’adresse à un groupe de vieux qui dégustaient avec enthousiasme le dolo, bière locale de mil. Le néo-prophète leur demande de quelle religion ils sont. Parmi les vieux, un septuagénaire qui a le sens de l’humour, répondit : « nous sommes des buveurs de dolo ».L’homme compris qu’il prêchait ici dans le désert et s’en alla sans mot dire.

4)   Pour parler des relations entre la France et le Burkina, on utilise le vocable relations franco-burkinabè. Alors, quel qualificatif emploierez-vous en ce qui concerne les relations entre Burkinabè ? D’aucuns diront, des relations inter-burkinabè. Mais voilà qu’un burkinabè sous l’effet de l’alcool avec un tempérament comique qualifie les relations entre burkinabè de relations burkinaco-burkinabè.

5) Dans un bar à Ouagadougou, un individu, après avoir bu une quantité excessive de bière et mangé des poulets rôtis en compagnie de ses amis, s’est mis brusquement à vomir. Il a déversé le trop plein d’alcool. Mais, curieusement, il n’y avait aucune trace de morceaux de poulets dans la vomissure. Etonnés, ses camarades lui disent « tu n’as vomi aucun morceau de poulets ! ».L’homme répondit : « qui est fou pour vomir son poulet »

 6)Le port de mèches par les femmes pour orner leur coiffure fait l’objet de superstitions dans certains milieux sociaux au Burkina Faso. Dans un passé pas très lointain, des filles de religion protestante évitaient le port des mèches considérées comme un signe de dépravation. Mais, les mentalités ont vite évolué car de nos jours, filles et femmes évangéliques se coiffent de mèches. Certaines filles et femmes musulmanes ont  aussi une vision péjorative des mèches. A ce sujet, les avis sont partagés car, une première hypothèse fait savoir qu’avec les mèches, une  musulmane ne peut pas avoir une ablution  propre au niveau de la tête avant de prier. Un point de vue autre, estime que les mèches ne dérangent en rien la piété .Des femmes qui mènent des discussions controversées sur cette question, ont voulu requérir l’avis d’un marabout. Ce dernier, avec colère et un air de dédain, a rétorqué que les mèches sont diaboliques et toute femme qui les porte sera confrontée aux conséquences néfastes à sa mort, car, chaque morceau de mèches se transformera en serpent pour la mordre en enfer. Cet avis a bouleversé nombre de femmes musulmanes qui restent toujours dubitatives. Une d’entre elles réplique sans ambages, en disant que pourtant des marabouts et charlatans qui dénoncent les mèches, admirent furtivement, avec des yeux qui font des feux d’artifices, des femmes bien coiffées de mèches.

Logo Labor presse mini

www.laborpresse.net

 

logo Labor

 

 

 

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

3 commentaires

  1. «Nous sommes des buveurs de dolo» (tond y’a rayudba en moré) sous-entend également : Nous sommes des buveurs d’alcool. Donc nos gens, nos buveurs, ne peuvent rien être d’autres que des catholiques ou ceux de la réligion traditionnelle. Tandis que le prêcheur, c’est soit un musulman ou un protestant. Sacré Burkinabé !

Répondre à Labor Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com