25/10/2014
DEPECHES
Accueil >> Divers >> Fait insolite : quand une fille de 10 ans accouche !

Fait insolite : quand une fille de 10 ans accouche !

 
Une Colombienne de seulement dix ans a accouché en urgence à la suite d’une hémorragie. L’accouchement de la petite fille a provoqué une véritable indignation dans tout le pays.
 
 
Quand une fille de 10 ans accouche !

L'accouchement de cette colombienne de 10 ans a suscité de l'indignation!

 

Membre de la tribu indigène Wayuu dans le Nord de la péninsule de La Guajira en Colombie, la fillette était enceinte de 39 semaines lorsqu’elle a été emmenée d’urgence dans l’hôpital de Manaure, dans le nord du pays. Celle-ci souffrait d’une hémorragie et se plaignait de violentes douleurs. C’était la toute première fois que la fillette consultait un médecin, selon la télévision hispanique, Univision Noticias. A son arrivée en urgence à l’hôpital, les médecins ont décidé de pratiquer une césarienne. Une opération risquée selon les médecins, étant donné le jeune âge de la maman et le faible poids du bébé.

Finalement, tout s’est bien passé pour la maman et l’enfant, une petite fille, qui se portent bien.


Du côté de la tribu indigène Wayuu, on refuse de divulguer l’identité du père du bébé. Il pourrait s’agir d’un homme de 30 ans qui ne risque pas de poursuites judiciaires car la constitution colombienne garantit une certaine autonomie à cette tribu. La naissance précoce de la jeune maman a provoqué une véritable indignation en Colombie. Cependant un tel cas n’est pas si rare selon les médecins de l’hôpital de la municipalité de Manaure. « Nous avons déjà vu des cas similaires chez des jeunes filles de la tribu Wayuu. A une époque où les filles devraient jouer à la poupée, elle doivent prendre soin d’un bébé. C’est choquant », s’indigne un médecin de l’hôpital.

 Source  :   Gentside

————————————————————————————————————————————————

Lundi 09 avril 2012                                 Agence de presse Labor

———————————————————————————————————————————————-

———————————————————————————————————————————————–

                              Fait insolite : Pour cause de milliers de morsures ,

une opération d’abattage de chiens errants à Ouagadougou à compter du 02 avril 2012!

Le phénomène de morsures de chiens connait une progression dans la commune de Ouagadougou .La cohabitation entre les populations et leurs fidèles  compagnons chiens ne se passe pas toujours aisément en raison des morsures à risques de rage que ces animaux domestiques infligent à leurs protecteurs ou à des citoyens lors de leur divagation dans la ville. Les statistiques sont impressionnantes .En 2011 , 5006 cas de morsures de chiens ont été enregistrés par les services d’hygiène de la ville de Ouagadougou .Pour 2012 , en moins d’un trimestre , c’est-à-dire pour les mois de janvier et février de l’année , 1035 cas de morsures canines sont déjà notifiés .Aussi, dans l’optique de préserver la sécurité des citoyens , les responsables de la commune de Ouagadougou  ont décidé d’une opération d’abattage des chiens en divagation sur toute l’étendue du territoire communal à compter du 02 avril 2012 .Tout chien pris en errance sera systématiquement abattu. Anecdote ! En de pareilles circonstances, comme la preuve en a été démontrée par le passé , ceux qui raffolent de la viande de chien , s’arrangent pour négocier quelques chiens abattus pour en faire de la soupe très prisée qui défraie la chronique et rassemble des partisans à des festins baroques .

 Jeudi 29 mars 2012                      Agence de presse Labor    www.laborpresse.net

 

————————————————————————————————————————————————–

Unusual fact:

 Because of thousands of bites, a logging operation of stray dogs in Ouagadougou as of April 2, 2012!

The phenomenon of dog bites is experiencing a growth in the municipality of Ouagadougou. Coexistence between people and their faithful companions dogs does not always happen easily because of the risk of rabies bites that these pets inflict upon their protectors or citizens during their wandering in the city. The statistics are impressive. In 2011, 5,006 cases of dog bites were reported by health services in Ouagadougou. For 2012, in less than a quarter, that is to say the months of January and February of the year, 1035 cases of dog bites are already notified. Also, in order to safeguard the security of citizens, officials of the municipality of Ouagadougou have decided on a logging operation in stray dogs on throughout the municipality as of April 2, 2012. Any dog ​​caught wandering will systematically slaughtered. Trivia! In such circumstances, as evidence has been demonstrated in the past, those who are crazy about dog meat, manage to negotiate some dogs slaughtered to make soup popular in the news and who gathers supporters baroque feasts. 

 Thursday, March 29, 2012 Labor News Agency www.laborpresse.net 

 

 

 

—————————————————————————————————————————————————

Fait insolite.

Un village où il était interdit de mourir !

 

En 2008, un arrêté municipal interdisant le droit de mourir était placardé dans les rues du village de Sarpourenx, dans les Pyrénées-Atlantique. L’agrandissement du cimetière urgeait, et l’expropriation du terrain voisin avait alors été refusé par le tribunal administratif. Stratégie payante puisque l’actuelle Maire du village peut jouir de la mise en place des travaux d’agrandissement du cimetière. Rencontre avec Madame la Maire Emmanuelle Lacroix-Chague.

Il y a quelques jours, le village italien de Falciano del Massico a fait parler de lui en publiant un décret interdisant aux habitants de mourir ! Une décision symbolique motivée par une querelle juridique avec la commune voisine de Carinola qui prêtait jusqu’à aujourd’hui son cimetière pour les défunts, et qui a aujourd’hui cassé l’accord. Toutefois, il faut savoir que ce village n’est pas le premier à publier ce genre de loi. A Sarpourenx, petite commune française située dans les Pyrénées-Atlantiques, les 260 habitants ont également dû se soumettre à un arrêté municipal leur interdisant de mourir : « Toute personne ne disposant pas d’emplacement dans le cimetière de décéder sur le territoire de la commune ».

« Si quelqu’un meurt, je lui dis d’aller où ? » 

Cet arrêté, datant du 13 février 2008, s’inspire d’un équivalent du village de Cugnaux, en Haute-Garonne. D’autres villages européens, à l’image d’un village italien, ont adopté ce genre d’arrêtés pour se faire entendre. Gérard Lalanne, le maire de l’époque, aujourd’hui décédé, souhaitait agrandir le cimetière de la ville en expropriant un terrain agricole privé de 4 000 mètres carrés. Le tribunal administratif en avait décidé autrement. Furieux et prenant ce problème très au sérieux, Gérard Lalanne avait déclaré au Point : « On a vraiment besoin d’un cimetière plus grand. Il n’y a plus de place dans celui que l’on a et qui fait quatre cents mètres (…)

Source :Gentside.com

—————————————————————————————————————————————————

Vendredi 23 mars 2012                          Agence de presse Labor

————————————————————————————————————————————————-

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>