free betting tips
12/12/2017
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Plainte d’organisations de la société civile africaine contre Sarkozy à la CPI
Plainte d’organisations de la société civile africaine contre Sarkozy à la CPI
Le mardi matin, 1er juillet 2014, Nicolas Sarkozy a été placé en GAV dans l’heure qui a suivi son arrivée dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre. Il est soupçonné de « trafic d'influence » et « violation du secret de l'instruction » sur la base d'écoutes téléphoniques.

Plainte d’organisations de la société civile africaine contre Sarkozy à la CPI

Nombre de vues: 895
Au total, une quinzaine d’activistes et d’associations de la société civile africaine comme « Y en a marre » ou encore « le Balai citoyen » se sont réunis  en Octobre 2017 à Bamako pour former un Front panafricain de la société civile. Leur première action ? Une plainte à la CPI contre l’ancien président français Nicolas Sarkozy pour avoir provoqué l’intervention en Libye qui a débouché sur la mort du colonel Kadhafi.

Le Front international de la société civile panafricaine (Fispa) est composé de jeunes activistes de la nouvelle société civile du continent. Le Front veut défendre l’Afrique, la démocratie, la dignité et les droits de l’homme.

Première action déclenchée, une plainte devant la Cour pénale internationale déposée samedi contre l’ancien président français Nicolas Sarkozy. L’activiste guinéen Elie Kamano, membre du Fispa, explique pourquoi : « Nous portons cette plainte contre Nicolas Sarkozy pour l’assassinat de Kadhafi parce que cela a des conséquences dramatiques et néfastes sur le continent africain, et sur les populations africaines. Voilà pourquoi nous adhérons à ce combat. »

Tiken Jah Fakoly en parrain

Et quand on sait que le colonel Kadhafi a été assassiné en 2011, pourquoi avoir attendu si longtemps avant d’introduire une plainte ?

Réponse de Simon Kouka, artiste rappeur sénégalais et membre du mouvement « Y en a marre » : « Beaucoup de gens se sont offusqués, mais il n’y a eu aucune action et cette action, je crois, arrive à son heure pour dire : il est temps. Ce que nos dirigeants n’ont pas réussi, à nous de le réussir. Pour aussi la dignité africaine, car c’est un président africain qui a été assassiné », souligne-t-il.

Le très populaire artiste ivoirien Tiken Jah Fakoly est le parrain de ces jeunes activistes africains: »Nous pensons que l’assassinat du colonel Kadhafi était un règlement de compte personnel, et l’assassinat du colonel Kadhafi a déstabilisé tout un continent. »

Source:rfi.fr
10 Octobre 2017
Procès Gbagbo: l'ex-chef d'état-major s'explique sur les événements d'Abobo

L’entrée de la Cour pénale internationale, à La Haye.
© REUTERS/Jerry Lampen

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com