free betting tips
16/12/2018
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Réduction du train de vie de l’Etat burkinabè :des propositions de suppression de certaines institutions et avantages
Réduction du train de vie de l’Etat burkinabè :des propositions de suppression de certaines institutions et avantages
Le siège du Médiateur du Faso à Ouagadougou.

Réduction du train de vie de l’Etat burkinabè :des propositions de suppression de certaines institutions et avantages

Nombre de vues: 1 006

 

Commentaire

La Conférence nationale sur le système de rémunération des agents publics du Burkina tenue du 12 au 14 Juin 2018,a adopté des recommandations visant la réduction du train de vie de l’Etat.Cependant,les propositions de suppression de certaines institutions ,pourraient laisser des vides à combler.En effet,le Médiateur du Faso parvient souvent à jouer un rôle de conciliation entre l’administartion et les administrés et va même au-delà de ses missions, en recevant des acteurs politiques et de la société civile ,autour de questions de paix et de reconcilation nationale.Il en est de même du Haut Conseil pour la Reconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN).Si ces deux institutions venaient à être supprimées,il en résultera un vide à combler pour le rôle spécifique qui leur est confié.

Les recommandations pour réduire le train de vie de l’Etat sont :

– adopter et mettre en œuvre du plan d’actions de la politique immobilière de l’Etat ; – réduire de 6 mois à 3 mois, la durée du maintien de la rémunération des membres du gouvernement et présidents d’institutions (non cumulables avec d’autres rémunérations publiques), après cessation de fonction,

-libérer les logements administratifs au bout d’un mois et le personnel domestique au bout de 3 mois après la fin de fonction pour tenir compte du préavis de licenciement.

Pour parallélisme de forme, réduire également celle du maintien des avantages des députés dans les mêmes proportions ;

– rationaliser les établissements publics de l’Etat (EPE) et optimiser leurs charges de fonctionnement ;

– rationaliser les missions diplomatiques et consulaires (MDC) et optimiser leurs charges de fonctionnement ;

– supprimer certaines institutions de la République telles que le CES, le Médiateur du Faso, le HCRUN et le Haut Représentant du Président du Faso.

– procéder à une réorganisation institutionnelle des départements ministériels pour une mise en cohérence avec le budget programme (réduction du nombre et réorganisation).

Bérenger Traoré

Laborpresse.net               21  Juin 2018

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com