21/12/2014
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Santé et recherche médicale: des progrès et des espoirs en 2012

Santé et recherche médicale: des progrès et des espoirs en 2012

Tous les ans, les problèmes de santé, l’actualité de la recherche médicale et de la lutte contre les grandes épidémies font la Une des médias. Plusieurs sujets ont fortement marqué 2012, parmi lesquels le sida, le vaccin contre la dengue, l’avancée sur les cellules souches, et la lutte contre le paludisme, qui, elle, marque un coup d’arrêt.

Les scientifiques rêvent d’une génération libérée du sida

De nouvelles perspectives concernant l’évolution du virus du sida ont été apportées à l’occasion de la 19e conférence sur le sida qui s’est déroulée fin juillet 2012 à Washington. Le succès des traitements par antirétroviraux ne permet pas d’envisager l’éradication du virus de la maladie mais peut-être d’une guérison « fonctionnelle ». Le mot est lâché. Une très petite proportion de patients semble contrôler naturellement le virus, sans recevoir de traitement, et ce sans aucune raison apparente. Le suivi de quelques personnes -traitées de manière très précoce- a montré que le virus du sida ne réapparaissait pas après l‘arrêt du traitement, comme s’il s’était endormi.

« Il faut traiter très tôt, parce que derrière, à l’arrêt du traitement, avec deux, trois ans de recul, il n’y a pas de rebond viral, explique le Dr Monsef Benkirane, directeur de recherche au CNRS à Montpellier. Cela ne veut pas dire que les malades sont guéris. Peut-être que chez ces gens-là, on est en train de créer la guérison « fonctionnelle ». C’est un un message à faire passer : il faut qu’ils soient mis sous traitement dans la semaine qui suit la primo-infection. »

Une compréhension de certains mécanismes pour de nouvelles stratégies en perspective, cela suscite donc de l’espoir. Mais, pour le moment, il ne faut pas oublier que le seul barrage efficace contre le virus du sida est l’usage du préservatif.

De l’espoir dans un vaccin contre la dengue

Pour la première fois, des données d’efficacité réelle d’un vaccin contre la dengue, maladie infectieuse transmise par des moustiques, ont été révélés par une étude réalisée sur 4 000 enfants thaïlandais âgés de 4 à 11 ans. Sur les 230 millions de personnes infectées dans le monde, 2 millions développent une fièvre hémorragique, la forme grave de la maladie et principalement les enfants.

Aujourd’hui, il y a plus d’espoir, se réjouit Pascal Barollier, porte-parole de Sanofi Pasteur à la division vaccin : « On a pu voir que le vaccin protégeait contre 3 des 4 virus de la dengue qui circule dans le monde. A’autres études sont en cours pour confirmer ces données et que ce vaccin peut protéger contre la maladie. »

Des résultats à plus grande échelle, à laquelle participent plus de 30 000 individus de 10 pays d’Asie et d’Amérique latine, sont attendus d’ici 2014.

Le prix Nobel de médecine 2012 sur de nouvelles cellules souches

La recherche scientifique, génétique notamment, ne cesse de se développer et de progresser. De grands fléaux restent néanmoins meurtriers à travers le monde.

La recherche scientifique, génétique notamment, ne cesse de se développer et de progresser. De grands fléaux restent néanmoins meurtriers à travers le monde.

Il n’est plus question des cellules embryonnaires qui ont longtemps alimenté le débat éthique, mais des cellules adultes reprogrammées en cellules « pluripotentes », un terme scientifique qui ouvre des perspectives fabuleuses dans le domaine de la recherche et notamment celui de la greffe d’organes. En effet, ces cellules « pluripotentes » peuvent créer ou reconstituer tout type de tissus humain.

« Un domaine de la médecine, dite régénérative, est en train de voir le jour, indique leprofesseur Lionel Badet, chirurgien des hôpitaux de Lyon. Plutôt que de transférer un organe d’un individu à un autre, on tente de réparer les lésions tissulaires existantes en utilisant des molécules des cellules souches, qui devraient à moyen terme réparer des organes, aujourd’hui remplacés. »

La greffe est un long processus qui a démarré dans les années 1950. Plus précisément le 25 décembre 1952, jour de la première greffe de rein réalisée en France à l’hôpital Necker, il y a 60 ans.

Un point noir du bilan 2012 : le vaccin contre le paludisme

Les essais en matière de vaccin sont nombreux. Pourtant, les derniers résultats annoncés à la mi-novembre sur le vaccin élaboré par le Britannique GSK sont décevants : à peine 30% de protection, une efficacité largement insuffisante pour que ce vaccin obtienne une autorisation de mise sur le marché. Il s’agit d’un revers important puisque l’essai était très avancé, en phase trois. Il portait sur plusieurs milliers d’enfants de onze pays d’Afrique subsaharienne.

Source: rfi.fr

—————————————————————————————————————————-

Samedi di 29 décembre 2012              Agence de Presse Labor

—————————————————————————————————————————

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>