free betting tips
19/05/2019
DEPECHES
Accueil >> Economie >> Situation économique internationale et au Burkina Faso : vers un ralentissement de la croissance économique mondiale en 2019
Situation économique internationale et au Burkina Faso : vers un ralentissement de la croissance économique mondiale en 2019
AgriFinance-Burkina vise l’amélioration de l’accès à des services financiers adaptés aux besoins de l’agriculture familiale en contribuant à l’amélioration de la sécurité alimentaire, au développement de l’auto-employabilité des jeunes et des femmes et à la sécurisation des revenus en milieu rural.(Photo d'archives)

Situation économique internationale et au Burkina Faso : vers un ralentissement de la croissance économique mondiale en 2019

Nombre de vues: 573

DOCUMENT

Au niveau mondial, l’activité économique devrait connaitre une décélération en 2019. Les estimations du Fonds monétaire international (FMI) de janvier 2019 tablent sur un taux de croissance de 3,5% en 2019 contre 3,7% en 2018. En effet, à l’exception du Royaume-Uni, la croissance devrait se replier dans les principales économies avancées.

Aux Etats-Unis, la croissance serait de 2,5% en 2019 contre 2,9% en 2018. Dans la zone Euro, elle se situerait à 1,6% en 2019 contre 1,8% en 2018. En France, elle s’établirait à 1,5% en 2019 comme en 2018. Au Royaume-Uni, elle devrait s’accélérer légèrement, passant de 1,4% en 2018 à 1,5% en 2019.

Afrique subsaharienne, l’activité économique devrait s’accélérer en 2019. En effet, le taux de croissance économique devrait passer de 2,9% en 2018 à 3,5%
Sur le marché des changes, le cours du dollar US par rapport au FCFA s’est situé à 574,6 FCFA en janvier 2019 contre 576,2 FCFA un mois plus tôt, soit une dépréciation de 0,3%.

Concernant les principales matières premières exportées, en janvier 2019, le cours de l’once d’or a enregistré son quatrième mois de hausse successive en s’affichant à 1 291,6 en janvier 2019 contre 1 249,9 dollars US un mois plus tôt. S’agissant du cours de la tonne de coton, il est en baisse de 4,2% en janvier 2019, passant de 1 896,0 dollars US en décembre 2018 à 1 815,5 dollars US

Pour ce qui est du pétrole, produit importé, après deux mois successifs de baisse, le cours mondial du baril de brent a augmenté de 5,0% en janvier 2019. En effet, il est passé de 56,5 dollars US en décembre 2018 à 59,3 dollars US.
Cours de matière première exportée (or) Cours de matière première exportée (coton)

Source : DGEP, à partir des données de la Banque de France, février 2019

Source : DGEP, à partir des données de la Banque de France, février 2019

Matière première importée (pétrole)

Source : DGEP, à partir des données de la Banque mondiale, février 2019

Dans l’UEMOA, l’activité économique est demeurée vigoureuse au troisième trimestre 2018, avec un taux de croissance de 6,7% contre 6,5% au trimestre précédent. La demande intérieure reste le principal moteur de la croissance dans l’Union. Sur l’ensemble de l’année 2018, la croissance économique est attendue à 6,6% comme en 2017.
S’agissant de l’inflation, elle s’est située à 0,9% au troisième, après 0,7% un trimestre plus tôt, en liaison essentiellement avec la hausse des prix des denrées alimentaires. A l’horizon de vingt-quatre mois, le taux d’inflation, en glissement annuel, est projeté à 1,4%, en ligne avec l’objectif de stabilité des prix poursuivi par la BCEAO.

UNE BONNE ORIENTATION DE L’ACTIVITE ECONOMIQUE INTERIEURE EN JANVIER 2019
Au niveau national, au troisième trimestre 2018, le PIB réel a augmenté de 3,7% par rapport au trimestre précédent. Cette hausse de l’activité économique au cours du troisième trimestre 2018 résulte d’une bonne tenue de l’activité dans les secteurs primaire (+2,7%), secondaire (+1,0%) et tertiaire (+4,3%). Pour l’ensemble de l’année 2018, le taux de croissance de l’économie ressortirait à 6,6% en 2018 contre 6,3% en 2017. Pour 2019, il est projeté à 6,4%.
Pour ce qui est de l’inflation, l’Indice national harmonisé des prix à la consommation (INHPC) du mois de janvier 2019 s’est situé à 102,2 soit une baisse de 2,2% par rapport à décembre 2018. En glissement annuel, les prix ont baissé de 5,8%.
Concernant le prix des denrées alimentaires, au mois de janvier 2019, en dehors du niébé et du sésame, les prix du kg des denrées alimentaires ont connu des baisses par rapport au mois de décembre 2018.

En effet, les prix du kg de maïs blanc, du mil local, du sorgho blanc ont enregistré des baisses respectives de 0,5%, de 2,0% et de 0,4%. Quant aux prix du kg de niébé et du sésame, ils ont connu une hausse respective de 3,9% et de 0,2% par rapport à décembre 2018. En glissement annuel, excepté le sésame dont le prix du kg a connu une hausse, les prix du kg des autres denrées alimentaires ont enregistré un repli par rapport à janvier 2018.
Dans le secteur des mines, en janvier 2019, la production industrielle d’or fin a été évaluée à 4,139 tonnes, en baisse de 16,4% par rapport à décembre 2018. En glissement annuel, elle est en baisse de 14,7%.

Production d’or (en tonne) à fin janvier 2019

Source : DGEP, à partir des données du MMC/DGMG, février 2019
Au niveau des finances publiques, en janvier 2019, les recettes propres du budget de l’Etat ont été mobilisées à hauteur de 142,7 milliards de FCFA contre 116,5 milliards de FCFA à la même période en 2018, soit une hausse de 22,5%. Quant aux dépenses totales du budget de l’Etat, elles ont été exécutées à hauteur de 83,0 milliards de FCFA contre 82,5 milliards de FCFA à la même période en 2018, soit une hausse de 0,5%.
Evolution des recettes propres (en milliards de FCFA) Evolution des dépenses totales (en milliards de FCFA)

Source : DGTCP/DSOFE, DGEP, février 2019
Source : DGTCP/DSOFE, DGEP, février 2019

Au niveau de la situation monétaire, la masse monétaire s’est inscrite en hausse de 348,9 milliards de FCFA (+10,4%), s’affichant à 3 715,6 milliards de FCFA à fin décembre 2018 contre 3 366,7 milliards de FCFA à fin décembre 2017.

En somme, l’analyse des indicateurs conjoncturels au mois de janvier 2019 fait ressortir un niveau satisfaisant des indicateurs comparés à la même période de l’année passée. En effet, l’amélioration du niveau d’activité est induite par des indicateurs positifs dans la quasi-totalité des secteurs de l’économie et une inflation maîtrisée.
Sources:Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID)
-Direction Générale de l’Economie et de la Planification (DGEP)
-Direction de la Prévision et des Analyses Macroéconomiques (DPAM)

10 mars 2019

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com