free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Enfin la décision finale pour bientôt sur l’article 37 du mandat présidentiel au Burkina !
Enfin la décision finale pour bientôt sur l’article 37 du mandat présidentiel au Burkina !
Le gouvernement en conseil des ministres.

Enfin la décision finale pour bientôt sur l’article 37 du mandat présidentiel au Burkina !

Nombre de vues: 1 415

Billet

Une réunion a eu lieu le vendredi 17 Octobre 2014 entre le président Blaise Compaoré et les ministres du gouvernement TIAO III à la Présidence du Faso. Selon le premier ministre Luc Adolphe TIAO, il ne s’agissait pas d’un conseil extraordinaire des ministres comme annoncé auparavant par des médias. C’était plutôt des échanges voulus par le Chef de l’Etat avec les membres du gouvernement pour se mettre au même niveau d’informations sur la situation nationale. Un contexte national marqué par l’échec du dialogue politique entre la majorité et l’opposition depuis le 6 Octobre 2014, suite au refus catégorique de l’opposition d’admettre la question épineuse de la modification de l’article 37 de la Constitution pour un mandat présidentiel illimité. Le chef du gouvernement a précisé qu’un conseil extraordinaire des ministres est prévu le mardi 21 Octobre 2014.Cela permettrait d’en savoir davantage sur le sort réservé à l’article 37 qui pourrait être soumis à l’Assemblée nationale pour un vote sur l’éventualité de sa modification. Si le vote échoue à ce niveau faute d’avoir réuni l’approbation des 3/4 des 127 députés, le Chef de l’Etat pourrait utiliser sa dernière cartouche pour soumettre la question au référendum, selon le pouvoir régalien que lui confère la constitution pour ce recours au suffrage populaire. La perspective d’un gouvernement d’union nationale bruisse de toute part avec persistance et imminence. Il pourrait voir le jour soit à l’occasion du conseil extraordinaire du 21 Octobre, soit après le forum national de la jeunesse qui se tiendra du 24 au 25 Octobre 2014 dans la ville de Gaoua, où la tradition des fameuses déclarations politiques dites de Gaoua, pourrait faire encore l’objet d’un rituel sacrificiel pour le référendum in fine.

           Tout cela rentre dans l’ordre naturel des choses avec les velléités sans cesse manifestées pour la modification de l’article 37 par le pouvoir et ses alliés. La surprise ou le grand séisme serait d’entendre le président du Faso qu’il décide de laisser cet article constitutionnel en l’état. Et vous verrez tous les vautours politiques et la bande de vampires incapables de gérer une simple crise villageoise, s’agiter pour la course au fauteuil présidentiel, avec des prétentions démesurées et chimériques de présider à la destinée d’une nation difficile à diriger comme le Burkina. Qu’il plaise à Dieu de ne pas laisser le Burkina sombrer dans la main de politiciens méchants, affairistes et incompétents afin que le Faso échappe au scénario du chaos libyen. Quand viendra tôt ou tard l’heure des alternances, qu’elle se fasse dans la stabilité et la qualité pour que ceux qui succèderont au président Compaoré, à défaut de faire mieux que lui, n’entrainent pas le pays dans un recul de son développement.

Jean KY

Agence de Presse Labor                                            18 Octobre 2014

www.laborpresse.net

www.laborpresse.net

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com