free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Editorial >> Burkina Faso : quelles solutions à l’avenir pour les salaires trop perçus des ministres?
Burkina Faso : quelles solutions à l’avenir pour les salaires trop perçus des ministres?
Le Gouvernement Dabiré I du Burkina Faso en conseil des ministres

Burkina Faso : quelles solutions à l’avenir pour les salaires trop perçus des ministres?

Nombre de vues: 793

EDITORIAL

Des ministres burkinabè sont accusés d’avoir reçus de 2016 à 2020 des salaires au-delà de la rémunération normale. Le gouvernement qui ne nie pas les faits, pense que des mesures concertées devraient être trouvées sur la question générale de la rémunération des agents publics.

  Le Centre d’Information, de Formation et d’Etudes sur le Budget (C.I.F.O.E.B),  un centre burkinabè d’information sur les questions budgétaires, a fait état de plus de 2 milliards de FCFA , qui auraient été irrégulièrement payés à des ministres de 2016 à 2020.Le fond du problème,  réside dans le fait que certains ministres,  qui proviennent d’organismes internationaux et de structures dont les salaires sont élevés, ont été favorisés par le gouvernement , qui n’a pas voulu les payer en dessous des rémunérations qu’ils percevaient avant d’être appelés dans le gouvernement. Ces ministres privilégiés,  recevaient des salaires faramineux,  dont le supplément  hors norme,  est qualifié de trop-perçu s’élevant à deux milliards  quatre-vingt-dix millions (2,90.000.000) de FCFA de 2016 à 2020,  sous le régime du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Au sein de l’opinion publique, on crie au scandale de corruption et de favoritisme. D’aucuns estiment,  que les ministres concernés doivent rembourser les montants incriminés. A l’issue du conseil des ministres du mercredi 17 février 2021, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Ousseni Tamboura , en répondant aux questions des médias, s’est voulu pondéré sur le sujet en faisant savoir, que le gouvernement examinera le rapport du CIFOEB , qu’il considère comme une interpellation citoyenne. Pour le CIFOEB, ces montants auraient pu servir à construire des centaines de centres de santé, d’établissements scolaires,  qui sont en nombre insuffisant dans le pays.

Que faire ?

Le gouvernement a agi sur la base d’un décret, pour servir des salaires aux ministres .Ainsi, il ne saurait être judicieux,  d’admettre que le gouvernement a agi dans l’illégalité. C’est plutôt, la notion de légitimité qui mérite de faire l’objet de réflexion. En effet, dans un contexte où le gouvernement exige une réforme des salaires des agents de la Fonction publique, qui ont franchi le seuil recommandé dans l’espace de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), c’est-à-dire 35% des recettes fiscales, cet esprit de rationalisation des rémunérations,  devrait aussi concerner les ministres sans exception aucune. Tout citoyen burkinabè appelé  au poste de ministre, même s’il percevait auparavant le salaire le plus élevé du monde, devrait accepter la grille salariale du gouvernement ou rejeter l’offre de la mission patriotique de ministre d’un pays aux ressources limitées. Il sied donc,  de fixer une règlementation claire à ce sujet,  pour éviter des discriminations, positives fussent-elles. Sinon, en agissant dans la ségrégation, le gouvernement sera mal placé pour demander aux citoyens de serrer la ceinture pendant qu’il fait lui-même le contraire.

D’une manière générale, la loi dispose pour le futur et n’est pas rétroactive. Exception faite de certaines situations de circonstances atténuantes,  pour des réparations amiables,  où la rétroactivité peut servir d’arrangement. Si des citoyens exigeaient  le remboursement des salaires trop perçus des ministres, qu’en serait-il des cas de certains fonctionnaires, qui ont aussi bénéficié de trop-perçu par erreur ou lois de faveur ? Visiblement, c’est une situation à mettre dans le registre de pertes et profits et poser des balises pour l’avenir, dans l’optique d’éviter des pratiques du genre.

Il convient,  de corriger les dysfonctionnements, pour aboutir à des grilles salariales précises, sur la base des qualifications et des avantages indemnitaires connexes.

   Laborpresse

23 Février 2021

Livret en vente sur les listes des 45 provinces , 13 régions ,différents régimes politiques du Burkina Faso

Communiqué

De nombreux citoyens burkinabè ne connaissent pas avec exactitude, les noms des 45 provinces du Burkina Faso, la liste des 13 régions avec les provinces rattachées. Quant à l’Hymne national, une grande partie des textes est méconnue du grand public. Les habitants de Bobo-Dioulasso et Ouagadougou, éprouvent des difficultés à se retrouver dans les nouveaux découpages 2009, des secteurs et quartiers de ces villes. Le livret sur les listes des provinces et régions du Burkina Faso, constitue un répertoire d’informations sur tous ces points. Il en est de même pour les différents régimes et républiques du pays de la 1re à la 4è république. Ce livret est utile pour élèves, étudiants, acteurs politiques et de la société civile, institutions nationales et internationales.

 

   Le livret est disponible au prix de 2.500 FCFA dans les points de vente suivants à Ouagadougou :

-TOTAL Mogho Naba

-TOTAL Indépendance (rond-point des Nations unies)

-TOTAL Zone du Bois

TOTAL MUSEE( boulevard circulaire Dassasgho)

TOTAL Charles De Gaulle (Zogona)

TOTAL Pont Kadiogo(Gounghin)

TOTAL route du Ghana (Ouaga 2000)

-TOTAL Gounghin

-TOTAL Circulaire (près SONABEL ZAD)

-Alimentation Sougr-Nooma (Petit Paris)

Alimentation Watinoma (Pissy)

Alimentation Nouvelle génération (Cissin)

Alimentation Leinas Market( Ouaga 2000)

Wallia Market (Trame d’accueil Ouaga 2000)

Alimentation Faso Market (Zone 1,près Pédiatrie Charles De Gaulle)

Alimentation la Surface (Zogona)

Alimentation le Bon Choix(Dapoya)

Alimentation EPHATA (Wemtinga)

-Alimentation MOUBARAK (Zogona)

Librairie Jeunesse d’Afrique(près du collège de la Salle,Cathédrale)

Librairie MERCURY (ZAD)

-Librairie Wendmanegda( près Lycée Wendmanegda Gounghin)

Librairie en face du Lycée mixte de Gounghin

Librairie -Papeterie Alpha en face de l’Université,côté Est (Zogona).

PETROFA Zone du Bois

PETROFA rond-point de la Patte d’Oie

PETROFA St Camille

PETROFA ZAD

PETROFA Tanghin (près ULB)

-April -Oil ZAD

April Oil 1200 logements

Alimentation le Bon Samaritain (Nagrin)

-Alimentation le Bon Samaritain (Tanghin)

Alimentation Générale la Caravelle (côté sud de la clinique Notre Dame de la Paix,Somgandé)

-Alimentation SKI (Cissin,face bar Nifou)

-Alimentation INOP Africa (Cissin,vers Maison des jeunes Jean-Pierre Guingané)

Alimentation SONACOF Dassasgho

Alimentation Moderne  les Désirs  du Faso (Pissy)

Alimentation EZAMA(Paspanga)

Alimentation EZAMA(Paul VI,Tampouy))

Alimentation  la Grace Divine (Somgandé,coté sud clinique Notre Dame de la Paix)

 

Sommaire du Livret

Contact: (+226) 70 24 22 61  (whatsapp) /    74 27 38 02

.Liste des 45 provinces du Burkina Faso 

.Liste des 13 régions du Burkina Faso

.Répartition des 12 nouveaux arrondissements de la commune de Ouagadougou avec les quartiers rattachés  

.Pyramide des âges        

.Répartition des 07 nouveaux arrondissements de la commune de Bobo-Dioulasso avec les quartiers rattachés  

.Texte entier de l’Hymne national du Burkina Faso  

.Les 4 républiques et différents régimes du Burkina Faso

.Dates d’indépendance des pays de la C.E.D.E.A.O

Pays limitrophes du Burkina Faso.

-Synthèse sur les dates des 2 guerres mondiales(1ere et 2è)

 

N.B: pour les personnes  hors de Ouagadougou qui voudraient acheter le livret ,cela est possible.Elles peuvent payer par transfert d’argent MOBICASH et ORANGE MONEY .Communiquez les adresses et contacts de l’acheteur pour expédition du livret.

Contact  tél:(+226) 70 24 22 61   / 74 27 38 02

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*