free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> CHRONIQUE DU DEMI -FOU : Opposition/Majorité burkinabè, vers un combat de David et Goliath !
CHRONIQUE DU DEMI -FOU : Opposition/Majorité burkinabè, vers un combat de David et Goliath !
DEMI-FOU "le fou est celui qui a tout perdu sauf la raison"

CHRONIQUE DU DEMI -FOU : Opposition/Majorité burkinabè, vers un combat de David et Goliath !

Nombre de vues: 2 323

On y est ou presque ! Le fiasco prévisible du dialogue de sourd entamé entre la majorité et l’opposition burkinabè le 23 septembre 2014, s’est concrétisé le 06 Octobre dernier. Chacun ayant campé sur sa position, le dialogue politique sous l’égide du président Blaise Compaoré a accouché d’une grande souris. Il se dresse donc à l’horizon, une sorte de combat de David et Goliath pour le référendum. Mais qui de la majorité ou de l’opposition fait figure de David et de Goliath ?

 Sur les 5 points du dialogue, l’opposition a focalisé son refus catégorique sur les 2 premiers, à savoir la question de la révision de l’article 37 de la Constitution et celle de l’installation du Sénat. Pour l’opposition, ces questions ne sont pas négociables et constituent un préalable à la poursuite du dialogue. Or, fondamentalement, la majorité souhaite que les points non consensuels soient soumis à l’arbitrage populaire à travers un référendum. Par conséquent, la majorité envisage l’avenir du dialogue politique au sein du Front républicain qui regroupe et des partis de l’opposition et ceux de la majorité. Certains opposants de ce front sont favorables au référendum mais pas à la modification de l’article 37.En clair, pro et anti référendum devraient galvaniser leurs bases pour obtenir gain de cause démocratiquement.

Visiblement, si le rapport de force semblait favorable à l’opposition au début de l’année 2014 avec la percée de l’UPC(opposition), classée 2è force politique à l’issue des élections couplées de 2012 et le climat de scission du CDP(parti au pouvoir) avec la naissance de la dissidence MPP(opposition),le président Compaoré et ses partisans qui étaient un peu essoufflés, commencent à reprendre leurs forces et reviennent au galop. Le régime du président a pris suffisamment le temps de mettre en place des mesures sociales, pour des emplois ponctuels en faveur des jeunes et femmes, des fonds pour des crédits au secteur informel et à l’entreprenariat féminin, des vivres à prix social. Ces mesures créent des motifs de satisfaction de nombreux citoyens en faveur du président Compaoré, qui semble malgré tout, rassurant dans un continent confronté à des conflits destructifs et à l’instabilité. Suite à la bonification de la pension, certains retraités ont laissé entendre qu’ils sont derrière Blaise Compaoré autant qu’il voudrait rester au pouvoir. C’est ce genre de message qu’on entendra sans doute lors de la rencontre nationale de la jeunesse avec le Chef de l’Etat du 24 au 25 Octobre 2014 à Gaoua, suite à laquelle il pourrait se prononcer clairement sur la question du référendum.

     Au plan politique, le parti majoritaire a su mobiliser un grand nombre de citoyens pour les inscriptions sur les listes électorales pendant que beaucoup d’opposants, passaient le temps dans des déclarations à travers des médias et des marches-meetings. Surpris de n’avoir pas pu faire enrôler suffisamment de militants et sympathisants sur les listes électorales, des opposants ont souhaité une prolongation des délais de révisions des listes électorales. Il s’agit là d’un aveu pathétique d’un déficit de base électorale pour ces opposants. Un gap qui reste à combler pour parvenir à tenir tête au parti au pouvoir en matière électorale.

DAVID ET GOLIATH

DAVID ET GOLIATH

Logiquement, en cas de référendum, le oui devrait l’emporter avec un score d’au moins 60% en faveur du président Compaoré et de ses partisans disséminés dans des partis, associations et autres citoyens lambda. Et le petit David l’aura emporté sur Goliath. Paradoxalement, c’est l’opposition qui fait figure de Goliath avec ses nombreuses démonstrations de force qui laissaient croire que le régime Compaoré était dans l’agonie. Un régime qui  a gardé tactiquement  le profil bas jusqu’à présent où il est en passe de sortir l’artillerie électorale lourde pour le référendum.

Attention, une dislocation des partis membres du Chef de File de l’Opposition Politique(CFOP) n’est pas exclue à l’avenir dans la perspective d’un gouvernement d’union nationale. Car, au sein du CFOP, certains opposants manifestent un intérêt à siéger dans un tel gouvernement, légalement justifiable en cas de crise nationale, comme c’est le cas actuellement avec les échecs récurrents des négociations politiques. Au sein du CFOP, il restera sans doute les deux têtes de proue Zéphirin Diabré de l’UPC et Roch Marc Christian Kaboré du MPP pour jouer le rôle indispensable de contre-pouvoir à toute démocratie dynamique.

        Par  Demi-Fou

Agence de Presse Labor                                      07 Octobre 2014

www.laborpresse.net

www.laborpresse.net

 

Les 5 points du dialogue politique entre l’opposition et la majorité

1) La question de la révision de l’article 37 de la Constitution ;

2) La question de l’installation du Sénat ;

3) Des questions relatives à l’organisation de l’élection présidentielle de 2015 ;

4) Des questions relatives à l’organisation et au fonctionnement du Conseil constitutionnel ;

5) La question de la  contribution de la société civile à la recherche de solutions consensuelles en vue de consolider la paix ».

 

 

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com