Le Ministre du Développement Industriel, du Commerce, de l’Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises, Serge Gnaniodem Poda suite à sa rencontre avec les acteurs du secteur privé burkinabè le jeudi 22 décembre 2022 à Ouagadougou.

Impacts économiques du terrorisme au Burkina Faso : le secteur privé plaide pour un fond de relance

Commentaire

Le Ministre du Développement Industriel, du Commerce, de l’Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises, Serge Gnaniodem Poda a rencontré les acteurs du secteur privé burkinabè le jeudi 22 décembre 2022 à Ouagadougou. Les préoccupations des opérateurs économiques ont été posées en termes de relance.

Les opérateurs économiques ont formulé une série de doléances dont la question sécuritaire avec la nécessité de la mise en place d’un fonds de relance économique dédié aux entreprises et zones touchées par le terrorisme, le renforcement de l’Office national de sécurisation des sites miniers, la sécurisation des axes routiers, la mise en place d’un programme spécial de réhabilitation et d’aménagements des zones économiques affectées.

Concernant la réforme du cadre des affaires, le secteur privé souhaite la mise en place rapide d’un guichet unique des licences d’affaires afin de rationaliser et de réduire leurs coûts.

Pour le Ministre du commerce, cette rencontre s’inscrit dans la dynamique de mieux orienter les actions à travers une écoute attentive des réalités des acteurs économiques.

Pour lui, les défis du développement du secteur privé sont nombreux, on peut citer :

– la compétitivité des produits face à l’avènement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) ;

– l’accroissement du niveau de transformation des matières premières ;

– la mise en place d’infrastructures économiques adaptées pour le développement des affaires ;

– la réduction des coûts des facteurs de production ;

– la lutte contre la fraude et la contrefaçon ;

– l’octroi de financements adaptés pour les petites et moyennes entreprises ;

– le renforcement du partenariat public-privé ;

– l’amélioration des affaires.

Au cours de la rencontre, de nombreux acteurs économiques ont soulevé d’autres préoccupations. Il s’agit entre autres de:

– la protection des industries;

– l’extension de l’effort de guerre à tous les opérateurs économiques de l’extérieur ;

– la préférence nationale;

– la problématique du consommons local;

– finalisation et adoption du Code du Travail ;

– la fermeture des frontières;

– de la dette intérieure

– de la problématique des achats bord champs des matières premières ;

– de l’appui aux artisans.

Des opérateurs économiques à la rencontre du 22 décembre 2022 avec le ministre burkinabè du commerce pour des solutions aux difficultés du monde des affaires dans un contexte sécuritaire préoccupant.

Le ministre du commerce qui a pris note des doléances des opérateurs économiques dans l’optique de solutions possibles. Mais il leur recommande de toujours privilégier un dialogue constructif. Plaider pour un fonds de relance, est une bonne idée mais c’est la répartition des fonds qui pose souvent des problèmes au Burkina Faso où des discriminations de favoritisme et de clanisme  dévoient les fonds de leurs objectifs et cibles. Il sied de savoir comment le fond de relance covid19 a été géré avant la mise en place d’un autre fond de relance économique.

Oscar Félix Diakité

Laborpresse.net      Dimanche  1er Janvier 2023

Share This:

Check Also

Burkina Faso : « Il n’y a pas d’alliance possible avec les terroristes », dixit le président du Faso, capitaine Ibrahim Traoré

Billet Les marchands d’illusions et dealers avec les terroristes et alliés impérialistes d’occupation territoriale néo-colonialiste, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*

× Comment puis-je vous aider ?