free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Actualité >>   Inflation des prix de produits de grande consommation au Burkina : les importateurs demandent à la douane des mesures pour contrer cette hausse
   Inflation des prix de produits de grande consommation au Burkina : les importateurs demandent à la douane des mesures pour contrer cette hausse
Rencontre le 4 Mai 2022 entre une délégation de la Chambre du commerce du Burkina Faso avec la direction générale des Douanes sur la problématique de l'inflation des prix des produits de grande consommation.

  Inflation des prix de produits de grande consommation au Burkina : les importateurs demandent à la douane des mesures pour contrer cette hausse

Nombre de vues: 611

Commentaire

L’inflation des prix des produits de grande consommation au Burkina Faso suscite des accusations de part et d’autre pour imputer la cause à des boucs émissaires divers.

Les populations d’une manière générale,  dénoncent les réflexes inflationnistes des commerçants qui seraient essentiellement préoccupés par des profits démesurés sur les produits de grande consommation.De leur côté, les commerçants justifient les hausses de prix par les conséquences de la pandémie de la covid 19, qui a suscité des fermetures de frontières durant 1 à 2 ans.La guerre entre la Russie et l’Ukraine, vient en rajouter à la conjecture économique qui éprouve le monde entier.

Une délégation de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI BF) a été reçue en audience le 4 mai 2022 par le Directeur général des douanes dans l’optique d’explorer les solutions concertées possibles pour contenir la flambée des prix des produits de grande consommation. La Chambre de commerce a fait savoir,  que des produits tels que le riz, le lait, la farine de froment, l’huile alimentaire et le sucre  subissent des hausses de prix chez les fournisseurs à l’étranger. La délégation de la CCI-BF a souhaité que l’Administration des douanes accompagne les importateurs pour contenir les coûts des produits supportés par les consommateurs finaux. Elle a, en outre, sollicité l’indulgence de l’Administration des douanes en ce qui concerne la production des documents exigibles qui doivent être joints à la déclaration de mise à la consommation.

Le Directeur Général des Douanes a relevé, que l’Administration des douanes ne fait qu’appliquer aux marchandises qui franchissent les frontières, les lois et politiques fixées au niveau national, régional et international. Compte tenu  du contexte sécuritaire, l’Administration des douanes dit avoir  renforcé le dispositif de contrôle des camions qui entrent et sortent des enceintes douanières, afin d’empêcher l’introduction sur le territoire des marchandises prohibées. Il ressort qu’à ce jour, aucune augmentation des taux liés à la taxation des droits et taxes n’a été opérée par les services des douanes.

Le Directeur Général des Douanes Adama NANA,  a invité la délégation de la CCI-BF à faire des efforts en vue de respecter la réglementation comme d’habitude car les documents exigibles (la facture, la DPI, l’assurance …) et les tarifs applicables aux marchandises n’ont pas connu de changement.

Il a, ensuite, rassuré la délégation de la disponibilité de la Douane à faciliter et simplifier les procédures pour les opérations de dédouanement. Il les a invités à se concerter afin de faire des propositions y relatives qui seront soumises, pour appréciation, à l’autorité de tutelle.

Compte tenu des difficultés économiques au plan mondial, si la douane du Burkina Faso peut appliquer des mesures d’allègements des taxes et procédures douanières, elle devra rester intransigeante pour le contrôle pour appréhender les commerçants indélicats, vendeurs de produits impropres à la consommation et d’explosifs dangereux pour la sécurité publique.

Oscar Félix Diakité

Laborpresse.net          Vendredi   06 Mai 2022

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*