free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Divers >> Humour et blagues >> La non maîtrise comique du téléphone portable par des personnes âgées dans des lieux de prière au Burkina !
La non maîtrise comique du téléphone portable par des personnes âgées dans des lieux de prière au Burkina !
Beaucoup de personnes âgées ne savent pas éteindre leur portable ou le mettre sous vibreur ou silencieux au Burkina.

La non maîtrise comique du téléphone portable par des personnes âgées dans des lieux de prière au Burkina !

Nombre de vues: 2 804

HUMOUR

De plus en plus, le téléphone portable n’est plus objet de luxe au Burkina Faso. Dans les villes comme dans les campagnes, citoyens instruits et analphabètes possèdent pour la plupart des téléphones cellulaires. Cependant, de nombreuses personnes du 3è âge (60 à 80 ans) éprouvent des difficultés pour le maniement efficient du portable. Ainsi, elles ne savent pas éteindre leur téléphone ou le mettre sous vibreur ou silencieux dans des lieux de culte. Dans une chapelle de Ouagadougou, lors du chemin de croix en mars 2016, le téléphone d’une septuagénaire s’est mise à sonner fortement mais son petit fils qui était à côté d’elle a pu éteindre le téléphone pour ne pas déranger les fidèles en prière. A peine 10 minutes plus tard, ce fut le même spectacle qui s’est reproduit avec une autre dame qui ,ne sachant pas éteindre l’appareil a voulu se dépêcher de répondre à son appelant en lui signifiant en langue nationale mooré qu’elle ne peut pas parler longtemps car elle est en prière. Sa conversation a suscité des sourires et rires car elle s’est trompée pour dire à son interlocuteur qu’elle était à la mosquée au lieu de l’église, en mooré’’mbé mihiri’’.Peut-être que son interlocuteur était musulman et qu’il comprendrait mieux ainsi qu’il s’agit d’un lieu de culte. Néanmoins, l’idée principale de la vieille femme est comprise surtout qu’il existe une bonne cohabitation entre musulmans et chrétiens et les autres religions au Burkina. Curieusement, environ encore une dizaine de minutes, c’est la sonnerie du téléphone d’une autre femme âgée qui provoque des sourires. En effet, il était  environ 19h 30  quand la sonnerie de son portable au chant de coq retentissait’’ cocorico, cocorico’’. A la fin du chemin de croix, la dame d’ethnie moaga a été approchée par des parents à plaisanterie samos qui lui demandaient ironiquement si dans son village, les coqs chantaient la nuit au lieu du petit matin. Toute l’assistance éclata de rires et la dame elle-aussi.

Agence de Presse Labor        28 mars 2016

 

 

 

 

 

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*