free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Suspension de l’internet mobile au Burkina : difficile de croire aux motifs expliqués par le gouvernement
Suspension de l’internet mobile au Burkina : difficile de croire aux motifs expliqués par le gouvernement
Le déploiement effectif éventuel du réseau fibre optique à travers le projet Backbone national, devrait améliorer la connectivité internet, qui est devenue un outil de travail et de loisir pour toutes les couches sociales au Burkina Faso.Le Premier ministre Christophe Dabiré inaugurant la phase 1 du projet le 26 octobre 2021 à Koudougou.(photo d'archives)

Suspension de l’internet mobile au Burkina : difficile de croire aux motifs expliqués par le gouvernement

Nombre de vues: 269

Billet

Depuis le samedi 20 novembre 2021 dans la nuit, les utilisateurs de l’internet mobile au Burkina Faso ont constaté l’interruption de la connexion.Après 72 h de silence, le gouvernement a fait savoir que la suspension s’explique pour des raisons sécuritaires.

Le gouvernement qui a fait savoir que la suspension de l’internet mobile était pour 96 h, les réseaux internets des sociétés de téléphonie mobile étaient par conséquent supposés être rétablis à partir du 24 novembre 2021.Ce n’était toujours pas le cas dans la journée du 24 novembre 2021.Si le 25 novembre le statu quo persiste, cela fera prospérer l’hypothèse véhiculée par l’opinion publique, à savoir que le blocage de l’internet mobile , vise à empêcher la mobilisation des citoyens pour la marche de protestation nationale le samedi 27 novembre 2021,  contre les attaques terroristes et pour la démission du président Kaboré , à qui l’on attribue des incompétences à faire face au terrorisme.Si cette hypothèse s’avérait, ses instigateurs ont fait acte de maladresse en créant un motif supplémentaire de grief contre le régime en place.Dans la mesure où par conférences de presse interposées, les organisations de la société civile continuent de justifier leurs déterminations pour la tenue de la marche du 27 novembre.C’est un crime économique que l’interruption des réseaux internets mobiles a crée contre les utilisateurs de ces outils pour leurs activités professionnelles génératrices de revenus.

Le président du Faso est souvent l’otage de conseillers mal inspirés aux intérêts bassement matériels, qui contribuent à le mettre en difficulté par des crises inutiles dont l’issue est incertaine.On ne gouverne pas par le charlatanisme, mais par des dialogues francs et des compromis avec les composantes sociales.

Oscar Félix Diakité

Laborpresse.net       24 novembre 2021

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*