free betting tips
24/08/2019
DEPECHES
Accueil >> Société >> Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature(E.N.A.M) du Burkina : désormais, les élèves administrateurs soumis à la formation militaire
Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature(E.N.A.M) du Burkina : désormais, les élèves administrateurs soumis à la formation militaire
Photo de famille du corps professoral de l'ENAM avec le président du Faso Roch Kaboré le 15 avril 2019 lors du lancement des activités de réformes du programme académique de l'école,60 ans après sa création au Burkina.L'ENAM forme des cadres de plusieurs nationalités.

Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature(E.N.A.M) du Burkina : désormais, les élèves administrateurs soumis à la formation militaire

Nombre de vues: 1 101

Commentaire

L’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature(E.N.A.M) du Burkina Faso a décidé d’apporter des réformes à ses activités pédagogiques, afin d’inculquer aux étudiants, la culture du pragmatisme professionnel. Il s’agit pour les apprenants, d’aller au-delà des théories rhétoriciennes stériles, pour une application parfaite de leurs connaissances sur le terrain.

Le concept de professeurs associés, a été conféré à des chefs d’entreprises pour forger l’aptitude des étudiants, à travers l’expérience et les conseils de ces entrepreneurs modèles de succès. Etre responsable et leader, c’est savoir concevoir des programmes, les exécuter et éviter de tourner en rond, comme un mouton de Panurge. Cet esprit de pragmatisme, fait grandement défaut dans l’administration publique burkinabè. La résultante, ce sont des dossiers  non traités avec célérité et qualité, ce qui crée souvent, une fronde sociale pour  des avancements et indemnités administratives, qui accusent des retards de concrétisation. Le Premier ministre Christophe Dabiré, lors de sa Déclaration de Politique Générale à l’Assemblée nationale en janvier 2019, avait effleuré ce laxisme, en disant que l’on assiste à une situation, où personne ne semble responsable de rien. A titre illustratif, il a pris l’exemple de véhicules de l’administration publique, qui restent sous cale, juste pour une panne de batterie, sans qu’on ne prenne la décision de procéder à des réparations aussi simples. Ce point de vue du premier ministre est pertinent. Cependant, il doit comprendre, que la faute incombe  aussi aux tares du circuit des dépenses publiques, avec les fameuses notions de lignes budgétaires. Si un responsable administratif prend le risque de faire des dépenses urgentes et nécessaires, pour des réparations et autres besoins, sans que cela ne soit prévu par une ligne budgétaire, les organes de contrôle financiers, l’accuseront de détournement et de dépenses irrégulières. Tant que les lourdeurs administratives ne seront pas corrigées sur ces questions, personne n’osera prendre des risques d’être un chien que l’on veut abattre en l’accusant de rage.

Dans le contexte sécuritaire de nos jours, où des administrateurs civils du Burkina, en l’occurrence des gouverneurs de régions et haut-commissaires de provinces, sont appelés à appliquer des mesures de sécurité publique liées à l’état d’urgence dans certaines localités du pays, il importe que les administrateurs, qui n’ont tous pas un profil militaire, soient outillés aux tactiques sécuritaires, pour mieux faire face à d’éventuelles attaques terroristes. C’est pourquoi, la direction de l’E.N.A.M, a opté désormais, de soumettre les élèves-administrateurs, à la formation militaire obligatoire de 45 jours, qui débutera par le camp militaire de la ville de Bobo-Dioulasso.

Bérenger Traoré

Laborpresse.net                                 19 avril 2019

 

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com