free betting tips
23/10/2019
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Affrontements intercommunautaires à Yirgou, le président du Faso appelle au calme sur les lieux des évènements.
Affrontements intercommunautaires à Yirgou, le président du Faso appelle au calme sur les lieux des évènements.
Le président du Faso,Roch Marc Christian Kaboré face aux populations de Yirgou le 5 janvier 2019 pour un appel à l'apaisement des cœurs suite aux affrontements inter communautaires et terroristes du 1er janvier 2019..

Affrontements intercommunautaires à Yirgou, le président du Faso appelle au calme sur les lieux des évènements.

Nombre de vues: 886
(Yirgou/Barsalgho-Koulpagdré), 5 janvier 2019).

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a effectué un déplacement, en fin de matinée  du 5 janvier 2019 à Yirgou dans la commune rurale de Barsalgho (région du Centre-Nord), où un affrontement inter communautaire a fait 47 morts, selon le bilan consolidé à ce moment. Ces affrontements ont eu pour  facteur déclencheur, une attaque terroriste, le 1er janvier 2019, qui a fait des victimes dont le chef du village de Yirgou, ses trois fils et son frère. Cette attaque a été suivie de représailles envers des populations avoisinantes.
A travers ce déplacement sur les lieux des événements, le président du Faso entendait constater l’ampleur des dégâts, soutenir toutes les familles endeuillées et appeler à l’apaisement. Les représentants des familles de Yirgou, le maire de la commune de Barsalgho, Abdoulaye Pafadnam et le gouverneur de la région du Centre-Nord, Mme Nandy Somé/Diallo ont tous salué l’initiative du chef de l’Etat de faire le déplacement sur les lieux. Pour eux, cet acte du président du Faso montre son attachement à la paix et à la concorde nationale, et constitue à ce stade, un facteur d’apaisement des cœurs.
Face à la population, le président Kaboré a appelé au calme et a invité à éviter la vengeance et la justice personnelle, qui font la politique des terroristes, à savoir créer la mésentente entre les communautés au Burkina Faso. Il a appelé les populations du village de Yirgou et environnant à l’union et à la solidarité dans la lutte contre l’ennemi commun, le terrorisme. Selon lui, des instructions ont été données pour que les forces de défense et de sécurité soient permanentes sur les lieux pour assurer la sécurité de tous les habitants sans exception. Pour permettre à ces forces de bien faire leur travail, Roch Marc Christian Kaboré a exhorté les populations, à la collaboration.
Il s’est ensuite déplacé dans le hameau de Koulpagdré, où un campement a été détruit en représailles, et des victimes enregistrées.

Direction de la communication de la présidence du Faso

06 Janvier 2019

Images de la localité des affrontements

 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

L’image contient peut-être : 11 personnes, personnes souriantes, personnes debout

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout et plein air

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, personnes assises et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, foule

L’image contient peut-être : ciel, nuage, plein air et nature

DECLARATION SOLENNELLE DU PRESIDENT DU FASO
A L’OCCASION DES AFFRONTEMENTS MEURTRIERS DE YIRGOU

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Roch Marc Christian Kaboré,président du Faso.

Mes Chers Compatriotes

L’attaque terroriste et les violences meurtrières qui s’en sont suivies occasionnant la perte de nombreux de nos compatriotes à Yirgou et dans des villages voisins situés dans les communes de Arbinda et de Barsalgo, ont été vécues avec tristesse et consternation par la Nation entière.
Je condamne avec la dernière énergie ces tueries qui surviennent dans un contexte sécuritaire marqué par les attaques récurrentes de forces obscurantistes qui endeuillent nos paisibles populations et nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité (FDS).
Ce qui vient de se produire est grave et inacceptable.
Rien, absolument rien ne devrait justifier que des compatriotes qui ont toujours vécu en parfaite harmonie, en arrivent à s’affronter au point de provoquer autant de violences meurtrières et de désolation. C’est une situation indigne de nos ancêtres, de notre peuple et de l’héritage que nous voulons léguer à nos enfants.
Il y a quelques jours, dans mon message de fin d’année, j’appelais à la solidarité autour de nos Forces de Défense et de Sécurité pour bouter hors de notre territoire les forces du mal qui ont décidé de s’en prendre aux fondements de notre vivre-ensemble.
Notre histoire nous enseigne que de tous les temps, notre peuple s’est toujours illustré par sa capacité à surmonter ses contradictions.
J’ai voulu en me rendant à Yirgou ce matin, rendre hommage aux morts et traduire le soutien de la Nation entière à toutes les familles et aux populations meurtries par ces actes infâmes.
Aucune colère, aucune frustration, aucune raison ne doit justifier la barbarie que nous avons connue.
Les enquêtes en cours doivent nous permettre de situer toutes les responsabilités et d’en tirer les conséquences au plan judiciaire.
J’en appelle donc au raffermissement de nos liens séculaires de solidarité et d’unité dans la diversité.
J’invite les responsables administratifs, politiques, religieux et coutumiers des localités concernées en particulier et ceux du Burkina Faso en général à poursuivre leurs efforts en vue de consolider le vivre-ensemble et d’exorciser notre pays de l’esprit de division.
Contre les discours de division, faisons le choix de la tolérance et de la consolidation de notre fraternité pour poursuivre la construction d’une démocratie apaisée.
C’est fort de cette certitude que j’ai l’intime conviction qu’en renouant avec les valeurs qui cimentent notre communauté de destin, ensemble, nous pourrons faire preuve de dépassement pour engager notre pays dans l’unité de ses filles et fils pour combattre efficacement le terrorisme.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

06 Janvier 2019

Brève

Affrontements intercommunautaires à Yirgou 

Le gouvernement apporte une assistante d’urgence aux populations déplacées.

 Le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille à travers le Secrétariat Permanent du Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (SP/ CONASUR) a apporté des vivres, des effets domestiques et des abris temporaires aux déplacés installés sur le site d’accueil d’urgence basé à Barsalogho

L’assistance du gouvernement d’une valeur de plus de 47 millions est composée de riz, de farine de maïs, de semoule de maïs, de spaghetti, de sucre, de savon, de couverture, de nattes, de tentes familiales, de kits de dignité pour femme.
Cette remise de vivres et de matériels a été effectuée lors de la visite du président du Faso et de représentants du gouvernement à Yirgou.

 

DCPM/ MFSNF

06 Janvier 2019

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com