free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Editorial >> Polémique sur le prix du pain au Burkina Faso : c’est au gouvernement de trouver une alternative pour éviter la hausse
Polémique sur le prix du pain au Burkina Faso : c’est au gouvernement de trouver une alternative pour éviter la hausse

Polémique sur le prix du pain au Burkina Faso : c’est au gouvernement de trouver une alternative pour éviter la hausse

Nombre de vues: 4 168

EDITORIAL

Un bras de fer est sur le point de se produire entre les organisations professionnelles de boulangerie et le gouvernement burkinabè de transition en mai 2022.C’est au gouvernement de trouver une solution médiane pour désamorcer cette crise à impact social.

Les velléités d’une majoration du prix de la baguette de pain de 150 F 200 F, après une suspension suite à des médiations gouvernement / patrons de boulangerie courant avril et début  mai 2022, amorcent une phase ostentatoire d’un bras de fer.En effet, les boulangers ont exprimé clairement leur volonté d’appliquer le prix de 200 FCFA à la miche de pain à compter du 25 mai 2022.La réplique du gouvernement a été immédiate pour rejeter cette éventualité avec des mises en garde assorties de contrôles des prix par les brigades de contrôle et de sanction.

Au regard de la hausse exponentielle des prix de produits de grande consommation à l’importation, certaines entreprises commerciales burkinabè risquent la faillite si elles ne répercutent pas le différentiel de prix par une hausse adéquate des prix.C’est ainsi que le gouvernement lui-même s’est vu obliger de majorer le prix des hydrocarbures en mai 2022.Par conséquent, s’opposer à la hausse du prix du pain, c’est précipiter les boulangeries dans l’abîme.Il appartient au gouvernement de trouver un mécanisme de subvention de la farine boulangerie à l’importation soit par une réduction des charges douanières et autres taxes  , soit par un mécanisme de financement sur le budget de l’Etat.A défaut d’un mécanisme de subvention de la farine boulangère, les structures habilitées à fixer les prix du pain devront revenir à l’objectivité pour autoriser le passage du prix du pain à 200 FCFA. Certes, le pain constitue un aliment de grande consommation dont les majorations de prix suscitent des frondes sociales légitimes.La peur de la fronde sociale des autorités ne doit pas les amener à créer une crise économique dans le secteur de la boulangerie.Si la hausse du prix de l’essence n’a pas suscité une fronde sociale, ce n’est pas celle du pain qui en fera.Il faut éviter de tuer  une activité économique pour sauver une autre.

Laborpresse.net        Mercredi   25 Mai 2022

 

 

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*