Le Burkina Faso, qui avait très clairement exprimé son souhait de retrouver au plus vite et régulièrement, un repreneur réellement en mesure d’exploiter la Mine de manganèse de Tambao conformément aux intérêts de l’État burkinabè, et de prendre en charge la construction des infrastructures propres à désenclaver la région du sahel et ses populations, pourra ainsi mettre prochainement en œuvre une procédure de ré attribution du Projet intégré de Tambao.

Région sud-ouest du Burkina Faso : la société KONKERA SA renonce à son permis d’exploitation minière en mars 2023

Commentaire

Le 8 février 2023, le gouvernement burkinabé avait entériné le retrait du permis d’exploitation minière de Belahourou(SMB) SA à Inata dans la région du Sahel. Cette fois-ci, en lieu et place d’un retrait, c’est une société minière, en l’occurrence la société KONKERA SA, dans la commune de Batié, province du Noumbiel, région du Sud-Ouest, qui a décidé de renoncer à son permis d’exploitation en mars 2023.

Le Conseil  des ministres en sa séance du 16 mars 2023, a adopté un décret portant renonciation au permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or de la société KONKERA SA dans la commune de Batié, province du Noumbiel, région du Sud-Ouest.

Le permis d’exploitation de grande mine d’or de la société KONKERA SA couvre une superficie de 64,34 km2 et a été accordé pour une durée de vingt (20) ans.

Il ressort , que depuis l’octroi du permis d’exploitation industrielle à la société en 2015 jusqu’à nos jours,  les travaux de construction de ladite mine n’ont jamais débuté à cause de la conjoncture économique du marché de l’or et de la situation sécuritaire.

Après six (06) années de dispense de démarrage des travaux de construction de la mine et suite aux différentes mises en demeure, la société KONKERA SA, a décidé de renoncer à son permis d’exploitation, conformément aux dispositions de la loi n°036-2015/CNT du 26 juin 2015 portant Code minier du Burkina Faso.

L’adoption de ce décret permet à la société KONKERA SA de renoncer à son permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or.

Visiblement, le secteur minier est confronté à l’impact de la crise sécuritaire liée aux attaques terroristes sporadiques. Cependant, le régime de transition dans les actions remarquables de guerre contre le terrorisme, ouvre une lucarne d’espoir pour la reconquête de l’intégrité du territoire national contre le terrorisme et la relance des activités économiques.

Oscar Félix Diakité

Laborpresse.net       Dimanche  19 mars 2023

Share This:

Check Also

Caisse de dépôts et d’investissements du Burkina Faso (CDI-BF) : des missions de gestions minière, des infrastructures routières sanitaires …

Commentaire  Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Dr Aboubakar NACANABO, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*

× Comment puis-je vous aider ?