free betting tips
26/05/2020
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Traitements du COVID 19 par des plantes médicinales: Des précisions sur les produits de Wendlarima du Burkina Faso
Traitements du COVID 19 par des plantes médicinales: Des précisions sur les produits de Wendlarima du Burkina Faso
Wendlarima Hermann Sawadogo,formateur,chercheur en phytothérapie,président de l‘Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique (A.W.D.A) à Ouagadougou.Burkina Faso.

Traitements du COVID 19 par des plantes médicinales: Des précisions sur les produits de Wendlarima du Burkina Faso

Nombre de vues: 2 994

Commentaire

  Le monde entier est ébranlé par la pandémie du coronavirus.Les chercheurs de la médecine moderne, peinent à mettre au point un vaccin et des médicaments pour endiguer efficacement cette pathologie qu’on n’a pas fini de découvrir avec précisions. L’Afrique est encore marginalisée  par les puissances occidentales dans la recherche de solutions au covid 19, en ce qui concerne  aussi bien ses médecins que les naturothérapeutes. Au Burkina Faso,Wendlarima Hermann Sawadogo ,qui a remis au ministère de la santé , 2 produits à base de plantes, pour prévenir et soigner le covid 19 ,ne comprend pas le silence des services sanitaires compétents charger de faire des analyses de laboratoire pour situer sur les capacités de ces plantes à traiter le covid 19.Wendlarima qui œuvre dans le domaine de la santé par les plantes, de la formation professionnelle variée ,apporte des précisions sur ses produits du covid 19.

 

      Des préjugés existent sur le fait que certains praticiens de la pharmacopée traditionnelle, abusent de la confiance des gens en prétendant guérir quasiment tous les maux avec une tisane ou poudre quelconque. Wendlarima Hermann Sawadogo tient à se démarquer de ces visions et pratiques. Les traitements du covid 19 constituant essentiellement pour le moment à s’attaquer aux symptômes (fièvre, toux, rhume …) pour ensuite remédier aux affections connexes (bronchite, pneumonie …), Wendlarima  tient à préciser que ses produits ne baissent pas la fièvre. Pour ce faire, il recommande à ses patients d’utiliser du paracétamol contre la fièvre. Par contre il fait savoir que ses produits agissent efficacement contre la toux, le rhume, les affections pulmonaires et maladies cardiovasculaires, toute chose qui permet de traiter les malades du covid 19 qui souffrent de  certains de ces maux. Les plantes qu’il utilise,  ont des vertus thérapeutiques contre des maladies virales dont le VIH/SIDA et le COVID 19.

A Madagascar,le président a autorisé l’usage d’une plante médicinale pour le traitement du covid 19,après des examens cliniques dans un laboratoire malgache de santé publique. L’O.M.S, continue d’émettre des réserves sur des produits au lieu de s’activer à faire  des analyses sur l’effet réel des médicaments découverts. C’est ainsi qu’elle était restée dubitative sur la chloroquine préconisée par le chercheur virologue français Didier Raoult. Finalement, c’est la chloroquine qui est utilisée avec d’autres combinaisons d’antibiotiques pour des cas de coronavirus selon des protocoles bien précis pour éviter des effets secondaires néfastes.

Le Burkina Faso qui est l’un des pays  à officialiser  la collaboration entre la médecine moderne et la pharmacopée traditionnelle, ne devrait pas faire fi des produits proposés par les naturothérapeutes dans le cadre de la lutte contre le covid 19 où les solutions possibles méritent d’être examinées pour vérifier leurs efficacités ou non.

Wendlarima Hermann Sawadogo, est le président fondateur de l‘Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique (A.W.D.A).Bien avant l’apparition du covid 19, l’association a développé une filière de formation professionnelle variée(irrigation goutte à goutte, techniques de fermentation et conservation de boissons naturelles du Burkina ,fabriques de vinaigre, de savons(saponification),électrification solaire, aviculture( couveuses pour production massive d’œufs et de poussins) etc…Toutes ces méthodes de formation professionnelle ont été expérimentées avec succès par l’équipe de l’ association.

Des échantillons de pommades et d’eau de Javel produits par l’Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique.(Photo:Laborpresse.net)

Le credo de l’association va du postulat,  que le véritable développement de l’Afrique, passe par la valorisation des multiples potentialités des ressources naturelles du continent et non  la politique d’assistanat  par l’occident. La crise économique qu’engendre le covid 19 , vient donner raison à l‘Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique (A.W.D.A),  dans ses actions de renforcement de la formation professionnelle dans des métiers , qui permettront à la jeunesse et à toute personne active, d’apprendre un travail générateur de revenus. L’avantage des formations données par l’association,  réside au fait qu’elles sont professionnelles et de courtes durées,  pour permettre aux apprenants d’être directement opérationnels. Le volet social, constitue l’une des particularités de l’association, qui fait des formations à petits prix et parfois des sessions gratuites de formation massive à travers plusieurs provinces du Burkina Faso.

Wendlarima Hermann Sawadogo,formateur,chercheur en phytothérapie,président de l‘Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique (A.W.D.A) à Ouagadougou.Burkina Faso.

L’Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique (A.W.D.A) a son siège au quartier Tanghin de Ouagadougou,non loin du marché de mercredi (Arb-Yaar).

Contacts : Tél (+226) 72 70 92 28      / 76 19 50 29    /

58 99 92 95 /70 20 61 46 ( Fondateur Wendlarima)

 

Laborpresse.net         25 avril 2020

Des poussins issus d’une couveuse en bois(à droite) chez Wendlarima Hermann Sawadogo à Ouagadougou.(Photo: Laborpresse.net)

Exposition de matériels de menuiserie et de couture par l’Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique devant son siège à Ouagadougou le 23 Juin 2018.(Photo;Laborpresse.net)

Hermann Wendlarima Sawadogo(à droite en blanc) et le groupe d’étudiants en séance de formation pratique aux techniques agricoles d’irrigation goutte-à-goutte à Ouagadougou le 2 Août 2018.(Photo:Laborpresse.net)

Communiqué

Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique(A.W.D.A) :Reprise des formations professionnelles aux métiers divers

Le président de l’Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique,Wendlarima Hermann Sawadogo,expliquant à la presse,les avantages de couveuses pour la production de poussins.(Phot:Laborpresse.net)

Les demandes pour les formations professionnelles dans divers domaines d’activités, sont croissantes au niveau de l’Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique(A.W.D.A).Dans l’optique de satisfaire la demande par une offre appropriée, le président de l’association, Wendlarima Hermann Sawadogo(formateur , chercheur en phytothérapie ),lancera bientôt,une campagne de formation de masse et individualisée dans divers métiers.

La campagne concernera d’abord la ville de Ouagadougou et les apprenants seront répartis par groupes de 50 personnes au maximum.

  Secteurs d’activités concernés par les formations :

-la saponification (fabriques de savons),

l’irrigation goutte à goutte,

– techniques de conservation de longue durée des jus et divers boissons naturelles,

-fabrication de vinaigre, d’eau de javel,

-énergie solaire,

-électricité bâtiment,

-menuiserie 

-l’aviculture (couveuses pour poussins)

Le président de l’association,  exhorte les services publics et privés,  à investir dans l’agriculture à travers le système d’irrigation goutte à goutte pour la culture du riz. Il estime, que cela permettra pour le Burkina Faso, d’atteindre l’autosuffisance alimentaire au plan national, sans besoin d’importer du riz et d’autres denrées alimentaires.

Contacts : Tél (+226) 72 70 92 28      / 76 19 50 29    /

58 99 92 95 /70 20 61 46 ( Fondateur Wendlarima)

Laborpresse.net     04 Mai 2020

 

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Un commentaire

  1. Au juste,je voudrais savoir si les laboratoires de santé du Burkina Faso sont incapables d’analyser les médicaments à base de plantes locales pour prouver ou infirmer leur qualité.Pourquoi on ne donne pas suite aux produits de la pharmacopée remis au ministère de la santé pour analyse et situer sur leurs effets thérapeutiques dans le traitement du coronavirus?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com