free betting tips
DEPECHES
Accueil >> Actualité >> Elections présidentielle et législative du 22 novembre 2020 au Burkina Faso : Des migrations inopinées d’électeurs dans des bureaux de vote
Elections présidentielle et législative du 22 novembre 2020 au Burkina Faso : Des migrations inopinées d’électeurs dans des bureaux de vote
Un centre de vote au secteur 25 de Ouagadougou dans la matinée du 22 novembre 2020 pour le scrutin couplé présidentiel et législatif.(Photo: laborpresse.net)

Elections présidentielle et législative du 22 novembre 2020 au Burkina Faso : Des migrations inopinées d’électeurs dans des bureaux de vote

Nombre de vues: 389

Commentaire

Le 22 novembre 2020, se sont déroulées les élections couplées, présidentielle et législatives au Burkina Faso. Cependant, des irrégularités ont été notées dans certains bureaux de vote.

Certains électeurs, en effet, n’ont pas retrouvé leurs noms dans leurs bureaux de vote qui figurent sur leurs cartes électorales. Cela a de ce fait crée désolation, indignation et protestations de la part de ces derniers qui n’ont pu voter. D’autres citoyens par contre, qui ont recherché leurs noms dans plusieurs bureaux de vote, ont finalement pu voter après avoir trouvé leurs noms dans un autre bureau de vote différent de celui porté sur leur carte électorale. Cette situation s’explique ainsi par le fait qu’il y a eu des migrations inopinées de noms d’électeurs dans des bureaux de vote. Vu alors l’accroissement de nouveaux inscrits dans le fichier électoral en 2020, la CENI (Commission électorale nationale indépendante) aurait dû informer le public de ces différentes mutations. C’est vrai qu’elle a fait  une grande prouesse, après avoir réussi à accroître le nombre d’électeurs. Mais, ce succès a été vite terni par les insuffisances relevées dans l’organisation du scrutin. Parmi ces insuffisances, l’on peut citer entre autres l’absence de procès-verbaux(P.V) dans des bureaux de vote, l’insuffisance de bulletins de vote dans certaines localités, l’ouverture tardive de bureaux de vote. Au regard donc de toutes ces irrégularités, la CENI devra prendre des mesures idoines afin que ces types de désagréments survenus pendant ce scrutin, ne se répètent plus lors des prochaines échéances électorales.

N Inès Laurencia OUEDRAOGO

Laborpresse.net                                                     24 novembre 2020

 

Share This:

FacebookTwitterGoogle+Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Image CAPTCHA

*