La Direction générale des douanes du Burkina Faso sise au quartier Ouaga 2000.

Services des Douanes du Burkina Faso : une mobilisation des recettes de 100,38% au 1er trimestre 2024

Commentaire

Les services des douanes ont réalisé un taux satisfaisant de mobilisation de recettes budgétaires pour l’Etat du Burkina Faso au 1er trimestre 2024.Ils ont franchi la barre de 100% sur le montant à recouvrer au cours du trimestre.

Au premier trimestre de 2024, les recettes douanières ont été recouvrées à hauteur de 262,22 milliards de francs CFA, pour une prévision de 261,22 milliards de francs CFA, soit un taux de réalisation de 100,38%. Comparées aux recettes mobilisées à la même période en 2023 (243,15 milliards de francs CFA), la Direction Générale des Douanes (DGD) enregistre une augmentation de 19,07 milliards de francs CFA soit un taux de progression de 7,84%.

Pour mémoire, au titre de l’exercice budgétaire 2024, conformément à la Loi de finances initiale (LFI), les prévisions de la DGD sont de 1 106,20 milliards de francs CFA. Cette prévision est en progression de 106,20 milliards de francs CFA (+10,62%) par rapport à celle de l’année 2023 (1000 milliards de francs CFA). Comparativement aux réalisations de l’année 2023 (1 023,27 milliards de francs CFA), l’objectif de 2024 est en progression de 82,93 milliards de francs CFA (+8,10%), rapporte le Service communication de la DGD.

  Des mesures pour renforcer davantage les recettes douanières

Sur des prévisions annuelles de 1 106,20 milliards, la DGD a réalisé, au premier trimestre, 262,22 milliards soit un taux de réalisation de 23,70 % par rapport à la cible annuelle. Pour le reste de l’année, l’objectif se chiffre à 844,98 milliards de francs CFA.

Pour relever ce défi, la DGD a instruit toutes les Unités de recouvrement (UR) de mettre en œuvre les différentes mesures et actions de contrôle, de recouvrement et à poursuivre la mise en œuvre des réformes pouvant améliorer la mobilisation des recettes. Il s’agit :

– de l’opérationnalisation de l’interfaçage entre SYDONIA et SYLVIE ;

– de la connexion des systèmes informatiques de la Direction générale des douanes, de la Direction générale du transport terrestre et maritime, de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, du Centre de contrôle des véhicules automobiles, du Conseil burkinabè des chargeurs et le CDS de la Poste BF ;

– de l’informatisation intégrale des offices de douane ;

– de la poursuite de l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers du Burkina Faso avec les pays voisins (Benin et le Ghana) ;

– du renforcement des systèmes d’escorte et du suivi satellitaire des marchandises en transit ;

– de la poursuite des mesures d’identification du principal obligé du régime de transit ainsi que la généralisation de la réalisation des garanties des opérations notamment en ce qui concerne les véhicules automobiles ;

– de l’opérationnalisation de la plateforme e-Douanes : cette plateforme permettra le payement des droits et taxes de douane par un procédé électronique (Paiement par les réseaux de la téléphonie mobile, paiement à distance par virement bancaire, paiement par carte bancaire), etc.

  Avec cette armada de mesures préconisée par la Direction Générale des Douanes du Burkina Faso, pas de doute que la mobilisation des recettes ira crescendo au bonheur du trésor public qui en a besoin pour faire face aux multiples dépenses de développement national et pour régler la dette intérieure au profit des entreprises prestataires de l’Etat.


Oscar Félix Diakité

Laborpresse.net            Samedi   4 Mai   2024


 

 

Share This:

Check Also

Plaine agricole de BAMA au Burkina Faso : 714 hectares de riz en exploitation pour l’hivernage 2024

Commentaire Ce n’est un secret pour personne au Burkina Faso. Le gouvernement a mis en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*

× Comment puis-je vous aider ?